L’ombre d’un doute : Robespierre Bourreau de la Vendée ?

Cet excellent reportage se décompose en deux parties : le récit et le débat. Franck Ferrand et ses interlocuteurs n’ont pas peur de briser le tabou en prononçant le terme de Génocide. L’émission qui s’intitule « Robespierre Bourreau de la Vendée ? » aurait pu tout simplement s’appeler « contre enquête sur les massacres de Vendée ».

« La répression décidée par le comité de salut public, qui à l’époque est au main de Robespierre, cette répression va être terrible. Durant des mois, ces vieilles terres de tradition catholique et royale sont le théâtre de massacres d’une ampleur inouïe : des soldats de la République y pratiquent l’extermination organisée. Hommes, femmes, enfants sont supprimés en masse et leur corps jetés dans des charniers.« 

« Si on parle de génocide, c’est une tache sur l’histoire de la Révolution française et comme vous savez, en France, on ne peut pas toucher à la Révolution Française, c’est sacré.« 

Le ton est donné…

2 commentaires

  1. Ce reportage d’un grand intérêt sur le plan historiographique mérite qu’on s’y arrête.
    Pour ma part je trouve assez préjudiciable qu’on ne fasse pas le lien avec un autre massacre, encore peu étudié malheureusement, qui vient compléter le Génocide Vendéen.
    Il s’agit du « massacre » de Conlie…

    En 1870, après l’abdication de Napoléon III, les prussiens sont aux portes de Paris. Léon Gambetta, alors dirigeant du gouvernement de Défense Nationale, porte l’idée de continuer la guerre en se basant sur une tactique qui perdurera jusque dans les premiers mois de la première guerre mondiale: l’offensive a outrance. L’idée c’est de rassembler toutes les forces vives de la Nation, de les doter en arme, de leur assurer une formation militaire et de contre attaquer partout contre les Prussiens.

    Trouvant des soutiens enthousiastes dans la population, et notamment en Bretagne alors particulièrement républicaine, une « Armée de Bretagne » de près de 60 000 hommes est alors formé. Sans uniforme, les bretons se dotent alors du drapeau ducale breton (que l’on voit flotter sur le château des Ducs de Bretagne, a Nantes) et d’une patte d’hermine en métal divers qu’ils agrafent sur leurs chapeaux….

    Pour Emile de Keratry, commandant du Camps, et fervant partisan républicain, le bien fondé de cette opération est évident. On lui promet des stocks d’armes venant des Etats Unis (des restes de la guerre de sécession) pour armer ses hommes.

    Mais le gouvernement de Défense voit d’un mauvais oeil cette armée de breton, relativement catholique et précédé par des insignes ducaux. Pour certains membres du gouvernement, dont Gambetta, cette armée n’est guère plus qu’une deuxième chouannerie.

    Le camps de Conlie, construit rapidement, est notablement insalubre et avec les pluies torentiels de l’automne et de l’hiver contribuent a transformer ce vaste espaces, trop petit pour le nombre de volontaires, en une véritable ville de boue: Kerfank en breton.

    Bientôt, souffrant du froid, de la faim et des épidémies qui ne tardent pas a se manifester, les volontaires se découragent. D’autant que les armes promises n’arrivent pas et que l’entrainement ne peut pas avoir lieu.

    La grande masse désoeuvré est volontairement maintenu dans cet état par le gouvernement qui n’estime pas être choqué… Keratry finit par démissioner et est remplacé par Marivault.
    Mais rien ne s’améliore, on commence a compter des morts parmi les hommes et des milliers de malades rentrent chez eux (désertent) ou sont rapatriés.
    Ce sont finalement douze mille hommes qui sont envoyés combattre les prussiens, avec 4000 carabines, mais sans les munitions adéquates. Le combat n’a, heureusement pas lieu, les prussiens s’esquivant. Heureusement car les carabines explosent a l’usage a cause des cartouches trop puissantes, blessant et tuant leurs utilisateurs.

    Mais Gambetta ne s’arrêtent pas la et envoie (le 10 Janvier 1870) un stock de fusils et munitions provenant des stock américains de la guerre de sécession (soit 10 ans auparavant)… Rouillés, les cartouches délavés par l’humidité on tendance a faire « long feu » voire a exploser, la encore, dans les chambres des fusils encrassés par ces longues années de rouille.
    Les hommes ne disposent pas d’entrainement et savent peu ou pas se servir de leurs armes, les nettoyer et, en aucun cas, les remettre en état de fonctionnement.

    Qu’importe, ils sont envoyés sous les ordres du Général Chanzy(pas un mauvais bougre au passage!) en première ligne, se battre contre les prussiens aux alentours du Mans, où ils seront taillés en pièces par ceux ci, du 11 au 12 Janvier par toute une division d’infanterie Prussienne, dans ce qui restera pour l’histoire « La bataille du Mans »…

    L’armée de Bretagne est dissoute en Mars, si tant est qu’elle exista encore…

    Cette épisode tend a montrer que, contrairement a ce qui est dit par monsieur Jean Artarit, République et Massacres semblent bien, dans l’esprit Français, indissociable.

    Cette épisode du Camp de Conlie aura pour effet de faire naître l’indépendantisme breton, et une superbe chanson de Tri Yann: « Kerfank 1870″…

  2. très intéressant !! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.