FIGAROVOX – Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni : à quoi servent encore les monarchies ?

Juan Carlos et le prince Felipe

FIGAROVOX/ANALYSE – Le roi d’Espagne Juan Carlos vient d’abdiquer en faveur de son fils. L’occasion de revenir avec Fréderic Rouvillois sur l’utilité des monarchies parlementaires, souvent jugées comme des archaïsmes dans notre monde contemporain.

Frédéric Rouvillois est professeur de droit public et écrivain. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire des idées, notamment L’invention du Progrès, aux origines de la pensée totalitaire (CNRS éditions, 2010), ainsi que des essais sur la politesse, le snobisme et les institutions, et plus récement Une histoire des best-sellers (Flammarion, 2011). Son dernier livre Crime et utopie, une nouvelle enquête sur le nazisme, a été publié chez Flammarion.

FigaroVox: Le roi Juan Carlos vient d’abdiquer. L’occasion de revenir sur l’utilité de la monarchie constitutionnelle, jugée souvent comme un archaïsme dans notre monde contemporain. Que ce soit en Belgique, en Espagne, au Danemark, ou aux Pays-Bas, les souverains ne semblent avoir de pouvoir autre que symbolique: ont-ils un poids politique ?

Frédéric Rouvillois: Il convient tout d’abord de distinguer monarchie constitutionnelle et monarchie parlementaire. Dans les monarchies purement constitutionnelles, le roi conserve l’essentiel du pouvoir: c’est le cas du Prince de Monaco ou du roi du Maroc depuis la Constitution de 2011. En revanche dans les monarchies parlementaires de type européen, selon la formule de Louis-Philippe «le roi règne mais ne gouverne pas», c’est-à-dire qu’il ne s’occupe pas de la gestion quotidienne de l’Etat.

Mais alors, à quoi servent ces monarques ?

Il me semble qu’ils répondent à quatre fonctions politiques essentielles.

Une fonction de symbole : ils incarnent la stabilité, la continuité et l’unité d’un régime. Le roi est le père de la Nation, garant de son unité.

Une fonction d’incarnation. Le Prince donne un visage à l’Etat, contribuant ainsi à réchauffer le «plus froid des monstres froids» naguère décrit par Nietzsche. Face au pouvoir sans visages de nos technocraties contemporaines, la royauté parait finalement un pouvoir très humain !

Une fonction de garantie des droits et libertés. Depuis le XVIIIème siècle, il y a un lien profond entre monarchie parlementaire et Etat de droit. On en a eu un exemple frappant au XXème siècle dans le monde arabe où le déclin des libertés et des droits de l’homme a immanquablement suivi le passage de pays monarchiques à un système républicain. Ce fut le cas en Libye, en Tunisie, en Egypte, en Irak, en Afghanistan, où les monarchies tempérées ont laissé place à des Républiques radicales dirigées par d’une main de fer par des dictateurs. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, loin d’incarner l’arbitraire, le roi dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle est bien souvent l’ultime recours pour le citoyen: sous l’Ancien Régime en France, et dans la tradition monarchique en général, il existe un droit de pétition et un droit de grâce dont le roi est le seul garant.

Enfin, il exerce une fonction d’arbitre. C’est d’ailleurs ce rôle de modération et de tempérance que Juan Carlos a joué en 1979. Plus généralement, le roi est là pour appeler au peuple pour trancher quand il y a un conflit entre les pouvoirs.

Finalement, la monarchie constitutionnelle est le régime le plus libéral au sens politique du terme. D’ailleurs en France au XIXème siècle, les libéraux comme Constant ou Tocqueville ne s’y étaient pas trompé et appelaient à la création d’une monarchie parlementaire, plus propre à préserver les libertés individuelles.

Les rois, princes et princesses sont souvent réduits à la peoplisation. Ces régimes politiques sont-ils en train de se réduire à un simple folklore ?

La peoplisation touche l’ensemble des politiques, et même la sphère religieuse, avec la peoplisation récente du pape François. Mais les monarques ne sont pas réductibles au papier glacé de Point de vue : si c’étaient le cas, ils auraient été remplacés depuis longtemps par des stars de cinéma. S’il y a une telle persistance et une telle continuité de ces régimes, et un tel consensus au sein des populations, c’est bien qu’ils reposent sur un socle profond.

On accuse souvent les monarchies parlementaires d’avoir un coût élevé pour le contribuable: est-ce une réalité?

Cette accusation est une blague! En effet en termes économiques, les monarchies rapportent bien plus qu’elles ne coûtent! Regardez le mariage de William et Kate, il a coûté plusieurs dizaines de millions de livres…mais en rapporté plusieurs centaines (tourisme, etc..). Sans parler de la principauté de Monaco, qui doit son essor économique à la famille royale…

Quand on voit le prix exorbitant d’une campagne présidentielle (révélé dernièrement par l’affaire Bygmalion), on se dit qu’un roi héréditaire couterait presque moins cher…

Justement, à vous entendre, on a l’impression qu’un régime politique ne pourrait survivre sans monarque. Est-ce le cas de la France également ?

Evidemment. Dans l’esprit du Général, la Vème République était conçue comme une «monarchie républicaine», où le Président jouait le rôle d’une «espèce de monarque». Il savait que les régimes où il n’y a pas d’incarnation suprême, type IVème République, sont les plus instables. Le président français est un monarque constitutionnel. L’article 5 de la Constitution de 1958 exprime clairement le rôle d’arbitre que j’évoquais, au dessus des pouvoirs, des partis, en lien direct avec le peuple. Voilà pourquoi la «présidence normale» est une aberration: un roi normal, ça n’existe pas !

Dans ce cadre l’abdication signe-t-elle une forme d’échec politique, ou s’inscrit-elle logiquement dans les institutions ?

L’abdication est un «plus» pour la monarchie. Le roi, qui n’est pas soumis aux aléas politiques a une possibilité de renoncement. On l’a vu avec Benoit XVI, chef de la monarchie catholique, on le voit avec Juan Carlos: quand le roi se sent trop faible pour gouverner, quand il sent que rester en place pourrait nuire aux institutions, il peut renoncer à son trône. C’est ce qu’avait fait de Gaulle en 1969, preuve ultime qu’il se considérait bien comme un monarque.

Source: FigaroVox

Cartes des monarchies en Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.