Elle n’avorte pas, parce que son foetus sourit

Malgré les importants handicaps de son foetus, une jeune Anglaise a décidé de laisser une chance à son bébé après l’avoir vu sourire lors d’une échographie 3D.

«Ce n’est pas parce que sa vie risquait d’être courte ou différente qu’elle ne méritait pas d’être vécue.» Katyia Rowe a décidé de garder son foetus lourdement handicapé, après l’avoir découvert en train de sourire, de faire des bulles et d’agiter ses membres lors d’une échographie 3D. «J’ai su que je ne pouvais pas mettre un terme à sa vie», a expliqué la jeune Britannique au «Daily Mail», lundi. «S’il pouvait sourire et jouer, il méritait de profiter de la vie, peu importe sa durée.»

Au lieu de se tourner vers l’avortement, cette habitante de Telford, dans le Shropshire, s’est alors renseignée sur les handicaps dont souffrait Lucian pour pouvoir le soutenir lors de sa venue au monde, estimant qu’il était de son devoir de mère de le protéger. Le verdict est tombé: il nécessiterait des soins 24 heures sur 24 et ne pourrait jamais ni marcher ni parler.

«Je l’ai trouvé parfait»

Mais le destin en a décidé autrement. Le petit naît en octobre, mais ne survivra que neuf heures. Et malgré ce départ soudain, la jeune femme de 26 ans n’a aucun regret. «Lucian aurait pu mourir dans mon ventre, mais il a tenu bon assez longtemps pour que nous puissions le voir». Elle s’est déclarée heureuse d’avoir pu le tenir dans ses bras. «Je l’ai trouvé parfait.» Avant de s’en aller, l’enfant a également pu rencontrer ses grands-parents.

Katyia Rowe estime que cette expérience lui a ouvert les yeux sur la maternité. «Lucian m’a appris que c’était le travail le plus merveilleux du monde.» Avec son compagnon, elle espère pouvoir avoir d’autres enfants.

20 Minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.