Philippe de Villiers : « L’écologie est profondément une attitude de droite »

 

[FIGAROVOX/ENTRETIEN] – L’ancien ministre et fondateur du Puy-du-Fou explique pourquoi il juge le projet d’aéroport de Notre-dame-des-Landes «obsolète».

LE FIGARO. – Pourquoi êtes-vous opposé à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ?

Philippe DE VILLIERS. – C’est un projet des années 1960 qui est complètement obsolète. À l’époque on pensait que les lignes transcontinentales viendraient se poser sur des plateformes régionales. Or on constate qu’aujourd’hui les low-costs, qui sont ultrasensibles au surcoût aéroportuaire, ne voudront jamais s’installer à Notre-Dame-des-Landes. Les lignes transcontinentales qui font rêver les propagandistes du nouvel aéroport ne viendront jamais là-bas, pas plus qu’elles n’iront à Lyon ou Nice. C’est un projet utopique et une escroquerie. Le bilan carbone d’un nouveau chantier serait infiniment plus coûteux que la modernisation de l’aéroport existant.

Un référendum a eu lieu et les habitants ont fait le choix de l’aéroport. Peut-on faire fi d’une décision démocratique ?

D’abord il faut parler de consultation populaire et non de référendum. Le périmètre de cette consultation est contestable. J’avais demandé que la Vendée, qui fait partie de la zone de chalandise de l’aéroport de Nantes Atlantiques à hauteur de 12% des usagers, soit consultée. Le président du conseil régional des Pays de la Loire l’a empêché. Evidemment, car la Vendée aurait voté non à 80%. 90% des entrepreneurs vendéens sont contre.

En tant que fondateur du Puy-du-Fou, ne préchez-vous pas pour votre paroisse en vous opposant à cet aéroport ?

Evidement le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes entraverait gravement le développement du Puy-du-Fou. Dois-je rappeler qu’il s’agit d’une des premières concentrations touristiques françaises et la première des Pays-de la Loire? Ce point de vue subjectif s’ajoute au point de vue objectif.

Quelle solution préconisez-vous ?

En tant qu’ancien président du Conseil général de Vendée, j’ai étudié le dossier. J’ai proposé une solution siamoise à Emmanuel Macron: d’une part moderniser l’aéroport de Nantes-Atlantique, ce qui est tout à fait réalisable, et de l’autre faire respecter l’état de droit en évacuant la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. C’est la solution de bon sens. Je veux croire que l’exécutif la choisira.

Vous avez écrit un livre contre la disparition des abeilles et aujourd’hui vous vous battez contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Seriez-vous un écologiste ?

Non seulement j’ai la fibre écologiste, mais je ne comprends pas pourquoi la droite ne s’empare pas du sujet de l’écologie. L’écologie est profondément une attitude de droite. Car qu’est-ce que la mission de la droite, si ce n’est l’enracinement, la préservation de nos paysages intimes? Comment la droite peut-elle défendre le glyphosate? Dans mon livre «Quand les abeilles meurent, les jours de l’homme sont comptés» (NDLR: Albin Michel, 2004) je militais pour l’interdiction du Gaucho et du Régent, deux insecticides ultra-puissants tueurs d’abeilles. A l’époque toute la droite était contre moi. La droite pense qu’on ne peut pas défendre en même temps la liberté du marché et l’écologie. Je suis pour la liberté d’entreprendre, le Puy-du-Fou en est la preuve, mais aussi pour la préservation des écosystèmes. Le drame de la droite, c’est qu’elle a abandonné la culture, l’éducation et l’écologie à la gauche.

Source : Par Eugénie Bastié pour Figaro Vox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.