Le cardinal Sarah suggère aux prêtres de célébrer la messe « vers l’Orient » à partir de l’Avent 2016

Cardinal Robert Sarah prefet Congregation pour culte divin discipline sacrements

À l’occasion d’une conférence à Londres, mardi 5 juillet, le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a proposé que les prêtres commencent à favoriser la célébration de la messe « vers l’Orient » à partir de l’Avent prochain.

Présent à cette rencontre, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a aussitôt annoncé qu’il appliquerait cette suggestion dans son diocèse.

« Il est très important que nous revenions le plus tôt possible à une orientation commune des prêtres et des fidèles tournés ensemble dans la même direction – vers l’Orient ou au moins vers l’abside, vers le Seigneur qui vient », a ainsi déclaré le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, selon des propos rapportés par le Catholic Herald.

Cette orientation, qu’il avait déjà souhaitée dans une interview accordée à Famille Chrétienne le 23 mai dernier, revient en pratique, selon une terminologie impropre, à célébrer « dos au peuple », comme cela se faisait avant la réforme liturgique issue du Concile Vatican II. S’il est toujours possible de le faire, cette façon de dire la messe est désormais choisie dans les milieux traditionalistes.

Pédagogie nécessaire

« Je vous demande de mettre en place cette pratique partout où c’est possible », a encore demandé le cardinal Sarah lors d’une conférence consacrée à la liturgie qui avait lieu à Londres mardi 5 juillet, ajoutant que la « prudence » serait nécessaire dans cette application. Il a alors invité les prêtres à avoir « confiance dans le fait qu’il s’agit là de quelque chose de bon pour l’Église, de bon pour notre peuple ».

« Votre discernement pastoral déterminera comment et quand cela sera possible », a poursuivi le responsable du dicastère en charge de la liturgie, suggérant toutefois de « commencer peut-être le premier dimanche de l’Avent cette année, quand on « attend le Seigneur qui vient » et qui « ne tardera pas » ». Une proposition accueillie par des applaudissements, assure encore l’hebdomadaire catholique britannique.

Mgr Rey emboîte le pas au cardinal Sarah

La précision sur une date souhaitable pour commencer à introduire ce changement, à partir du 27 novembre prochain donc, donne une « nouvelle urgence » au souhait du cardinal Sarah de voir un retour généralisé à cette orientation de la messe, estime le journal. De source proche du dossier, le pape François n’aurait pas été mis au courant de cet appel.

Prenant la parole juste après l’intervention du chef de dicastère, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon présent à cette conférence, a assuré que, même s’il n’était « qu’un évêque d’un diocèse », il ferait ainsi dans sa cathédrale et enverrait une lettre à ses prêtres pour les encourager à faire de même. « Je les encouragerai à suivre mon exemple », a-t-il assuré, indiquant qu’il célébrerait de cette façon lors du dernier dimanche de l’Avent, « et en d’autres occasions appropriées ».

Le même jour, le cardinal Sarah a indiqué que le pape François lui avait demandé d’étudier « la réforme de la réforme », à savoir l’adaptation de la réforme liturgique. Ce travail, a-t-il souligné, aura pour objectif « d’enrichir les deux formes du rite romain ».

Source : La Croix

2 commentaires

  1. Dieu merci ! Heureusement que des vocations s’annoncent enfin, et que nos prières sont entendues, car nous manquons cruellement de confesseurs, et les prêtres, malheureusement, pour être en trop petit nombre, mais aussi pour ne pas saisir suffisamment l’extrême importance de cette pratique qui devrait devenir primordiale dans notre entendement de la religion, ne s’adonnent pas suffisamment à cette activité, qui est malheureusement reléguée aux heures de la journée les moins adéquates pour la majorité de la population, et encore, dans des proportions scandaleusement minimales et indues, et littéralement dommageables pour l’expansion et le développement du Royaume de Dieu tel que D.IEU et le Christ l’ont voulu et tel qu’ordonné à Ses Disciples.

    Quoi qu’il en soit, revenir au rite ancien n’est que bon et profitable, cependant, pour être vraiment parfait, il convient de prendre en compte la manière dont pratiquaient nos Pères jusqu’au Moyen-Age environ, et qui se laisse encore deviner, dans les églises anciennes, par le fait que des autels sont disposés contre les murs, dans les 4 orientations géographiques :

    Cette « bizzarerie » n’en est pas une, et ces autels ne sont pas là comme décorations ou comme supports de jolis tableaux seulement, mais ils ont eu, pendant un peu plus d’un millénaire, une raison d’être très simple mais très importante : au tournant de l’an mille, pour la simple population, puis après la destruction de l’Ordre des Templiers, pour les moines en monastères et les religieux (début du 14e siècle), cette Connaissance et sa pratique ont été complètemet abandonnées, et nous nous sommes engouffrés tête baissée et avec un momentum grandissant, dans le plus épais relativisme, que nous connaissons aujourd’hui dans sa version contemporaine exacerbée (je fais très court, et n’en donne pas le développement ici) : pour des raisons cosmiques reléguées outrageusement à la Connaissance Hermétique de notre belle Religion, pour être parfaitement orienté, le prêtre devrait, lorsqu’il célèbre la Messe, se tourner alternativement, au cours de la journée, vers les 4 points cardinaux différents, selon qu’il célèbre à une heure ou à une autre.

    On ne célèbre plus, je crois (sauf à Pâques), la Messe à minuit ni dans l’après-midi. Deux orientations demeurent donc utiles : l’Est et l’Ouest. Le Christ, l’Etoile du Matin, se manifeste de l’est : c’est donc la bonne orientation pour la Messe du matin ; et le soir, pour en suivre dans Sa Réalité géographique et Cosmique, l’évolution quotidienne (répétée et constante, cependant : il s’agit ici d’ondes cosmiques REELLES et TANGIBLES, et non de la Grâce, qui est partout et en tout, et pour laquelle ces considérations sont sans fondement ni obligation) – il convient alors, si l’on veut faire parfaitement, de se tourner vers l’Ouest.

    Merci de me corriger, si je me trompe, surtout si un détail ou un autre de ce qui précède devait ne pas être exact. Toutefois, je souhaite être corrigée à partir de CONNAISSANCE, de manière étayée, si possible, et non à partir d’ignorance dérangée par une remarque superficiellement considérée comme éventuellement hérétique…

    Quoi qu’il en soit, merci, le cas échéant. d’oser publier ce commentaire, et très cordiales salutations à vous.

    A bientôt,

    MMEJones.

  2. La Lumière de l’Esprit Saint est-il de retour dans l’Église de Rome ? En tout cas je le souhaite. Le nombre de vocations en hausse constante dans la communauté de la Fraternité Saint Pie X ne doit pas y être étrangère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*